Vous êtes ici : Accueil du site > La Bresse > Le Folklore > Les chansons > Leu Conchcrits

Le Folklore

GrossirRéduire

Leu Conchcrits

Refrain

En’ avè, vive leu conchcrits,
Nous vint moudô pe servi la patrie,
En avè, vive leu conchcrits,
Compto su nous pe parô l’ennemi.

I

Drapeau u vé, te bou, musique è téta,
Hardi conchcrits, è faut nous devreti ;
E t’a vingt è qu’on fa lou moi la féta,
Amuijin-nous, è lou tein des plaisi.

II

Apré ce zou de plaisi, de bombance,
U régimè è faudra s’ébarquô ;
Pisqué chazhi d’allô servi la France,
Nous mouderin, complô-z-y, se tréblô.

III

Rassuriô-vous, bons pères, bene mères,
De la garra, nous charin rappourtô
L’honneu d’ava défèdu la frontiére,
L’honneu d’ava défèdu lou drapeau.

IV

Pe quêt à vous, neutres jeunes suzelles,
Què lou destin nous j’ara sèparô
Pêchô a nous, demeurô-nous fidèles,
Pe qu’u retou nous puichin nous mariô.
Refrain
En avant, vivent les conscrits,
Nous allons partir pour servir la patrie,
En avant, vivent les conscrits,
Comptez sur nous pour parer l’ennemi.

I

Drapeau au vent, tambour, musique en tête,
Hardis conscrits, il faut nous divertir,
C’est à vingt ans qu’on fait le mieux la fête,
Amusons-nous, c’est le temps des plaisirs.

II

Après ces jours de plaisirs, de bombance,
Au régiment il faudra s’embarquer ;
Puisqu’il s’agit d’aller servir la France,
Nous partirons, comptez-y, sans trembler.

III

Rassurez-vous, bons pères, bonnes mères,
De la guerre, nous saurons rapporter
L’honneur d’avoir défendu la frontière,
L’honneur d’avoir défendu le drapeau.

IV

Pour quant à vous, nos jeunes suzelles,
Quand le destin nous aura séparés
Pensez à nous, demeurez nous fidèles,
Pour qu’au retour nous puissions nous marier.
Retour en haut de page
© Sougey 2011